This is who I really am…

Toute seule, cette petite musique m’est revenue en tête… 30 seconds to mars (que certains qualifieront de merde musicale… moi je dis JAREEEEED! ^^) avec le titre The Kill… Le combat entre soi même et soi même…

I tried to be someone else
But nothing seemed to change
I know now, this is who I really am inside

Finally found myself
Fighting for a chance
I know now, this is who I really am

Pourquoi cette remise en question ou plutôt cette interrogation? Parce que je retombe dans la spirale infernale de l’année dernière. Ce que j’étais et que j’essayais de fuire, reviens à grand pas… j’aspire à nouveau à papillonner (rrrooo c’est miiiiignoooon). Non, c’est pas mignon ça sert à rien. Moi qui m’écrie à corps et à cris que je veux une relation stable, tomber amoureuse, qui rêve de romantisme, gnagnagna… Dès que j’ai la moindre possibilité de quoique ce soit, je sabote tout, je me tire une balle dans le pied. Je me trouve insupportable. C’EST PAS POSSIBEULE!!!

Pourquoi je pense à ça tout de suite maintenant? J’ai dit aurevoir à mon gentil… et j’ai des rencontres… Il y a cet ami qui pourrait devenir plus si je lui en laisse l’occasion et pourtant même si j’en ai envie, j’ai aussi envie de m’enfuir au loin. Il y a ce jeune homme que je connais pas depuis longtemps, qui est charmant et un brin aussi paumé que moi. Et il y a ce dernier avec qui la rencontre et le feeling furent immédiat mais qui ne veut rien de sérieux. (je leur donne pas encore de pseudos parce que je sais pas si je reparlerai d’eux ici et surtout je ne leur reproche strictement rien)

Moi dans tout ça, je sais pas ce que je veux. Je pourrais profiter des trois. Mais non j’y arrive pas (et pourtant la polygamie ça doit être pas mal! ou le polyamour ^^). Je pourrais tout laisser tomber et devenir none ou lesbienne. Naaaaa, j’aime trop les mecs. Je pourrais chercher ailleurs ou attendre… Mais le changement de saison agite sérieusement mes hormones…

Et là je m’aperçois d’une autre chose… Je n’aspire pas présentement à tomber amoureuse. Je ne sais pas si c’est par peur de m’attacher ou que la personne me connaisse trop bien (oué j’ai une carapace qui est très très dure et les personnes qui me connaissent très bien se comptent tout juste sur les doigts d’une main), ou encore une fuite perpétuelle parce que j’ai perdu les hommes que j’ai vraiment aimé… ou encore! une recherche totalement égoïste de plaisir simple. je ne sais pas du tout. Alors oui, aujourd’hui je n’appartiens à personne (oui j’emploie le terme « appartenir » parce que j’aime être et appartenir à quelqu’un dans le sens où si je suis avec lui, je suis exclusive et entière… sinon je n’appartiens pas) je suis libre comme l’air à papillonner ou en tout cas avec cette envie.

Bien ou mal? Je ne sais pas… Mais je sens que je vais encore me perdre en chemin…

Pourquoi j’aime appartenir à quelqu’un? Bonne question. J’ai une frousse bleue de l’abandon (c’est d’ailleurs pour ça que j’ai rarement été quittée… C’est toujours moi qui est pris les devants au moment de la rupture). J’aime qu’on s’occupe de moi et qu’on me cajole, etc. Toutes ses envies tellement humaines et qui finalement sont d’une banalité sans nom tellement c’est normal et classique. Mais c’est comme ça. Je ne suis pas exceptionnelle. Juste une parisienne un peu folle, avec ses faiblesses, ses coups de gueules, ses blagues foireuses… donc juste avoir quelqu’un à qui penser. Certes, il y a les amis, la famille. Oui mais ce n’est pas ce que je veux… Je veux cette autre personne à qui j’appartiendrai.

Alors t’inquiètes, toi la personne qui me subira… je ne te cherche pas… Parce que c’est bien connu, ce ne sont pas les chercheurs qui trouvent… Mais les trouveuses et je suis pas trop dans ce mood… Je suis plus dans l’envie d’un immédiat sans questions. Alors see you ASAP ;)

9 réflexions sur “This is who I really am…

  1. J'aime bien l'introspection et le côté carpe diem. ça aurait pu passer …sans l'histoire de la carapace. à cause de ça je suis obligé de mettre 9/20. désolé.

  2. C'est émouvant. Peut-être que la multiplicité des rencontres te lassera et te donnera envie de chercher plus quelqu'un de durable.
    Il faut vivre ses envies du moment qu'on les maîtrise et que ce n'est pas préjudiciable à soi-même sur le long terme.

  3. Moi aussi, j'ai peur de l'abandon, et malgré une psychanalyse personnelle de moi-même qui m'a permis de découvrir les raisons de cette peur, je n'ai pût m'en débarrasser… Mais ce qui m'effraie le plus c'est de me dire que je ne rencontrerais peut-être personne qui puisse comprendre que s'engager plus d'en une relation est pour moi un risque trop grand car cela met en face de moi la possibilité que cette relation foire (comme toutes les relations!! Argh, où sont les couples qui durent??!!) et que donc je me retrouve abandonner… Alors oui je crois qu'il y a une partie d'auto-sabotage, mais aussi un espoir qu'un jour quelqu'un me comprendra et sera capable d'attendre que je vois un happy end pour notre relation…

  4. > Tim: je comprends totalement… je me tire une balle dans le pied à tous les coups :) et si la personne en face n'est pas capable de me « mesurer » me « rassurer » ça la fait fuire et j'en suis « débarrassée » alors qu'au fond de moi tout ce que je voulais c'était l'inverse… putain de flippage à la con!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s