Les premiers jours du reste de ma vie… suite

J’ai oublié beaucoup de choses dans ce post… J’ai eu beaucoup de retour de personnes me disant qu’elles avaient été touchées par ce que j’avais écrit… sachez que j’ai apprécié chaque témoignage, car écrire ceci n’est pas facile… c’est un besoin de partager qui me pousse à écrire encore dessus (et promis ensuite j’aborde des sujets plus légers !)

Un lecteur dans un commentaire me demandaient ce qu’était devenu le chat de ma sœur… il craint le pire… il a raison… Pour commencer revenons à la fin de l’incendie…

Nous sommes revenus à l’appartement… Devant l’immeuble il n’y a que cendres, vêtements brûlés, morceaux de portes défoncées. Ma mère se remettra difficilement du fait d’avoir vu sa robe de mariée passée en flamme par la fenêtre avec nos robes de baptême. Voir sa vie passée par une fenêtre en feu. Jetée par des inconnus qui ne prennent pas de gants c’est dur.

Nous n’avons eu le droit de pénétrer dans l’appartement que le dimanche, soit 36h après la fin de l’incendie. Mes parents montent en premier. Me laisse seule avec QDX et ma grande sœur au pied de l’immeuble. Ils « vont voir ». Puis nous pouvons monter. Tout n’est que chaos. Le sapin décoré n’est plus qu’un arbuste calciné. Tout est noir. Tout à fondu. Ça sent la fumée. La destruction.

Nous nous dirigeons vers la chambre de QDX. Elle était au dessus du foyer de l’incendie. Avez-vous déjà vu une terre désolée par un incendie ? Moi j’ai vu la chambre de ma petite sœur ravagée par les flammes. Tout ce qui restait de sa chambre ? Quatre centimètres de cendres au sol… et tel un trésor engloutis, QDX retrouve une de ses gourmettes en or. Une sorte de talismans ayant échappé au chaos et à la destruction. Elle l’a toujours pour ne pas oublier.

Je quitte cette pièce. C’est insupportable de voir le néant qui reste. Ma chambre est presque intacte. Tout ce qui était en plastique à fondu. Avec l’eau des lances à incendie, les pompiers ont détruis ce que les flammes n’avaient pas dévoré. Je retourne dans le salon… je trouve un carton à côté de l’aquarium où rien n’a survécu à la dévastation. J’ouvre le carton… et le drame me saute au visage. Le chat de QDX. Je regarde un peu plus loin… une forme au sol… Il est mort là, asphyxié par la fumée, sans aide, sans personne pour le sauver. Je m’en veux encore. Pourquoi je n’ai été le chercher. J’aurais pu le sauver.

Ils lui mentiront pour la protéger. « Les pompiers l’ont vu s’enfuir quand ils ont ouvert la fenêtre »… Ce ne sera que beaucoup plus tard, en regardant les photos de l’incendie, qu’elle remarquera cette trace. Dernier vestige de la vie de son chat. Dernière trace de son passage chez nous.

Plus jamais je ne retournerai là bas. Même à l’heure actuelle l’idée d’y aller me tétanise. J4ai essayé. Mais j’ai échoué. On a voulu m’aider. J’ai refusé. Je dois y arriver seule, j’ai déjà reçu trop d’aide.

Quelques mois plus tard après des errances d’hôtels en apparts miteux, mes parents, ma petite sœur et moi arrivâmes sur Paris. Une nouvelle page s’écrivait. Et je ne parlerai plus de cet épisode avant aujourd’hui.

Une fois de plus ne vous apitoyez pas. Chacun vis les choses de façon différentes. Chaque épreuve de la vie est propre et difficile à chacun. Je connais des gens qui ont vécu pire. Voilà ce que j’ai vécu. Dans les grandes lignes, car je me souviens de tous les détails heures après heures. Y repenser pour en parle ici est un exutoire qui me permet de verser les larmes que je ne verse plus à ce sujet, même si elles montent, elles ne coulent pas. Ça me permet de dire à quel point j’aime, je remercie chaque personne qui au travers de ces années m’ont aidé, soutenu, aimé… à vous mes amis… à ma famille… et toute personne que j’ai un jour croisé et que j’ai aimé d’une façon ou d’une autre. Merci

4 réflexions sur “Les premiers jours du reste de ma vie… suite

  1. Gniah.
    Je suis très attaché à mon chat, alors quand j'entends d'autres personnes évoquer une part du lien avec leur animal, moi ça me tord les boyaux, surtout dans ces cas là.

    Ça doit pas être facile d'écrire tout ça malgré les années passées.

  2. @nael: merci de ton commentaire ^^ ça m'a pris beaucoup de temps à en parler. Aujourd'hui je m'en sens prête. Mais comparé à certains ce que j'ai vécu n'est que superficiel car totalement matériel. Il y a pire, donc je ne me plains pas, car si je n'avais pas vécu ça, je ne serai pas là où je suis, ni celle que je suis devenue (c'est-à-dire une fille formidable ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s